11.10.13

Le jour où je t'ai mis au monde.



Quatre ans, c'est le temps que j'ai mis pour enfin mettre des mots sur ce moment si important, la naissance de mon premier enfant. 
Une césarienne en urgence sous anesthésie générale, ça laisse des traces. 
Des traces que j'ai tenté d'occulter... Dès les premiers jours, je me disais "Mon bébé est en vie, moi aussi, tout va bien. Je profite de mon bébé en bonne santé, je ne vais quand même pas me plaindre. Tout va bien." 

Mais en fait, non... tout n'allait pas bien.

Un énorme sentiment de culpabilité et d'échec m'a envahie. 
Je n'ai même pas pu pousser. Je n'ai pas entendu son premier cri. Je n'ai pas vu ses yeux s'ouvrir sur le monde. Je ne l'ai pas eu contre moi. Je n'avais pas le papa près de moi. Je n'ai pas vu le regard du papa quand il a découvert son fils. Je n'ai pas pu me lever pendant 36 heures.
Au moment de me poser le masque sur le visage pour m'endormir, j'ai cru que je ne verrais jamais mon bébé. 

Durant sa naissance, j'étais morte. Inconsciente. Absente. Pas là.

C'est en allant voir une madame pour régler un autre problème que je me suis libérée... J'ai beaucoup pleuré. J'ai réalisé tellement de choses, la relation que j'ai avec mon fils, la relation que j'ai avec son papa. Tout s'entrecroise... Et ça fait du bien de comprendre.
Ça restera à jamais une blessure, un échec mais j'apprends à vivre avec. Je sais que je ne suis pas responsable mais je me sens coupable d'avoir raté ce qui était sensé être un moment si unique.

Ça fait plusieurs mois que je veux écrire ce texte, la pudeur me retient. 
Mais je me dis que cela peut servir...
Une césarienne n'est pas à prendre à la légère. Il faut en parler.

16 commentaires:

  1. J'ai eu ce sentiment là il y a 24 ans.... césarienne d'urgence également !!!!!
    et j'ai eu ce sentiment là aussi avec mon second !! accouchement très prématurément !!!!
    on ne se remet jamais totalement... on vit avec en estompant le mieux qu'on peut.

    Courage ma belle,
    regarde juste le bonheur d'aujourd'hui, celui qui fait ton quotidien et avance.

    Des bises de réconfort pour toi.

    RépondreSupprimer
  2. Dis-toi que si tu as enfin réussi à en parler, puis à poser ces mots ici, c'est que ta blessure est en train de se refermer lentement. Je pense malheureusement qu'elle ne disparaitra jamais, mais j'espère que tu te sens mieux aujourd'hui que tu as compris tant de choses.
    Je t'embrasse tendrement.

    RépondreSupprimer
  3. Perso je te trouve courageuse d'avoir pu écrire ces mots. Bravo. Un enfant on lui donne la vie tous les jours et depuis sa naissance tu t'es bien "rattrapée" j'espère que tu le sais.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vraiment bien d'avoir enfin réussi à sortir ces mois, je suis certaine que même si la blessure est toujours vive tu as dû te sentir soulagée.

    RépondreSupprimer
  5. Les mots libèrent !!
    Et ceux de Tulipette soulagent ...

    RépondreSupprimer
  6. Et puis quand même ... bon anniversaire à ton p'tit 4 ans !

    RépondreSupprimer
  7. merci pour ton temoignage pour ma grossesse gémellaire j'en avais une la tète en bas et l'autre en siège qui n'a jamais voulue se retourner. Je redoutais la péridurale, je suis arrivée vers 11h dilaté à 7-8 cm à la mat du coup plus de péridurale possible la première je l'ai expulsé mon homme n'a même pas eu le temps de rentrer dans la salle d'op qu'elle était déjà sortie la deuxième ils m'ont endormis pour aller la chercher sans césarienne je te passe les details... Bref elles sont nées avant 12h00 je me suis réveillée 2 bonnes heures après. Au début heureuse et ravie et puis au fil du temps quand j'y repense je regrette cette anesthésie général qui m'a fait manqué ces deux précieuses heures où c'est finalement la rencontre, les premiers instants de vie que mon homme à partager seul avec elles en peau à peau mais sans moi...alors je partage ton sentiment culpabilité et je me retrouve dans tes mots et maux

    RépondreSupprimer
  8. c'est vrai que ça doit être éprouvant et frustrant comme expérience ! J'espère que le fait d'en voir parlé puis d'avoir mis des mots dessus t'a fait du bien, en tout cas bon anniversaire à ton grand qui est si craquant sur la photo.

    RépondreSupprimer
  9. J'imagine que l'on ne s'en remet jamais vraiment mais mettre des mots doit déjà être une grande étape ! Bravo d'y être arrivée et courage Pauline !

    RépondreSupprimer
  10. Je ne sais pas mais je pense que je comprends ce que tu dis.
    des bises

    RépondreSupprimer
  11. Comme toi je n'ai pas vu ses yeux s'ouvrir sur le monde, je n'étais pas avec le papa, je n'ai pas pu la prendre sur moi, ni la toucher, je ne l'ai même pas vraiment vue. Un passage furtif à 3cm de mes yeux "voici Camille"... euh enchantee? Oui j'ai entendu un cri par contre, car j'étais sous rachi, enfin je crois avoir entendu, car tout est allé si vite, on m'a volé mon accouchement, on m'a farfouillee brutalement comme un gros sac de sport plein à craquer, c'est le souvenir que j'en garde... Ca dure 15min... C'etait surrealiste, avec les anesthesistes derriere moi qui parlaient de leurs vacances et les gyne de l'autre cote du champ opératoire... puis bébé s'en va on ne sait pas où, on suppose rejoindre le papa. On recoud maman...45min... Puis l'attente seule dans cette salle de réveil, tic tac tic tac... je suis consciente, je veux voir ma fille merde ! C'est Noël madame, on ne trouve pas de brancardier... enfin la rencontrer 3 heures 30 plus tard... et apprendre qu'elle cherchait mon sein et n'à trouvé que le torse velu de son papa. Se dire qu'on à foiré ce contact tactile si important, celui qui soi-disant crée le lien. LA 1ere rencontre... et on etait pas vraiment la... 9mois qu'on attendait ca... Puis 3jours et demi sans se lever, avec le tournis et cette fichue sonde, qui te fait te sentir encore plus inutile que ce que tu ne pouvais déjà ressentir... tout le monde s'occupe de ton bébé sauf toi. Puis tu rentres chez toi au bout d'une semaine, plus démunie que jamais, alors que tout le monde gère. Tu sais que c'est ta fille. Elle est merveilleuse, elle est belle, mais tu te sens détachée et coupable... Heureusement le temps guérit les blessures. Mais en effet, ne pas sous estimer la césarienne...

    RépondreSupprimer
  12. Comme je te comprends .. .

    Je suis restée 17 h en travail , et au bou du compte je n'étais ouverte que de 5 cm .
    Le cœur de ma poulette ralentissait , son papa se cachait pour pleurer , et moi .. . Je ne comprenais pas !
    Jusqu'au moment où la gyné de garde est arrivée et m'a dit qu'il ne me laissait plus le choix , qu'on m'embarquait pour une césarienne .
    Ma chance à moi , c'est d'être restée éveillée , l'anesthésiste a même bien voulu que Florent m'accompagne .
    Il était assis derrière moi , sa main caressant mon épaule .
    Je me souviens de tout , et pourtant je me sentais inutile .
    Les docteurs ont bien voulu me la poser sur la poitrine avant de l'emmener faire du peau à peau avec son papa .
    & Pourtant , je regrette .. . Je ne me suis jamais sentie si inutile de ma vie .
    Quand je dis " 17H de travail pour rien " , les gens me regardent en me disant " tu as été si courageuse , arrête de dire ça ! " . Mais au final , j'ai rien fait , et si elle est là c'est pas totalement grâce à moi .
    Mais le plus important après tout , c'est de la voir là , si douce et si paisible . ..
    Ca vaut bien tout ça pas vrai ?

    Des bisous .

    RépondreSupprimer
  13. Je te comprends à 200%. Je vis la même chose en ce moment. Pour moi par contre ça a été une césarienne programmée, voilà pile 4 mois aujourd'hui et j'en pleure quasiment tous les jours... Je n'ai pas mis mon bébé au monde, et ce n'est pas rattrapable. Et ça fait si mal... C'est horrible ce que je vais dire mais je crois bien que ce jour là a été le pire de ma vie au lieu du meilleur...

    RépondreSupprimer
  14. Je pense aussi que l'on n'est pas assez préparé à cette éventualité !
    Une amie a du partir en césarienne d'urgence et elle ne s'y attendait pas du tout... très difficile, grosse crise d'angoisse, ils ont du l'endormir de force. Effectivement ça laisse des traces.
    Les sages-femmes / Obstétriciens devraient plus nous informer sur la césarienne.

    RépondreSupprimer
  15. Beaucoup de courage dans ce témoignage très touchant ...

    RépondreSupprimer
  16. Une cesarienne, c'est traumatisant et le personnel de la maternité occulte ce drame avant, pendant et après...Pour moi aussi, césarienne en urgence dans l'angoisse et la douleur sous anesthésie générale, quatre jours de travail et de souffrance pour rien, et en plus hémorragie et transfusion, à la limite de l'hystérectomie...
    J'ai récupéré mon bébé deux jours après mais j'ai tout manqué: la poussée, le peau à peau, la tétée d'accueil... Heureusement, je me rattrape aujourd'hui, je suis en congé parental et l'allaitement m'a sauvée de la dépression du post-partum. Après-tout, j'ai failli mourir et je suis là pour lui, j'ai failli perdre mon utérus mais je pourrai enfanter de nouveau, alors je me considère comme chanceuse malgré tout, surement plus que d'autres mères, je crois! Je ne minimise pas mon vécu mais je relativise, je crois que c'est ce qu'il faut faire.... Bon courage!!

    RépondreSupprimer