27.9.11

Bordel de merde!


Ça vous est déjà arrivé d'aller chercher votre fils à l'école, de le récupérer avec un pantalon qui n'est pas à lui. Ce qui veut dire qu'il a eu, pas un accident, mais deux accidents 'pipi-caca'. Il y a toujours des vêtements de rechange.
Jusque là, tout va bien...
Recevoir de son institutrice un petit sac en plastique avec les deux pantalons, les deux caleçons et les chaussettes sales, bien emballées. 
Rentrer à la maison, lui donner quelque chose à manger et mettre la machine en route.
Jusque là, tout va bien...
Attendre la fin de la machine, commencer à pendre le linge. Avoir la sensation d'une drôle d'odeur mais ne pas y faire trop attention. Se dire qu'on va pendre le linge plutôt que de le mettre au séchoir. Pourquoi? Une prémonition peut-être...
Commencer à étaler le linge, comme je ne repasse pas, je secoue les vêtements. Jusque là, tout va bien...
Jusqu'à ce que je tombe sur un des pantalons du petit sac plastique. Je le secoue énergiquement. Très énergiquement. Et là, HORREUR! Du caca qui a, comment dire, volé partout... il y avait de la merde PARTOUT dans ma buanderie... Gros moment de solitude.

Deux fois!!! Ça m'est arrivé deux fois depuis le début de la rentrée!!!!
Et qu'on ne me sorte pas "jamais deux sans trois"... Dorénavant, je passerai tout au karcher avant de mettre dans la machine!

18.9.11

Quel bonheur d'être enceinte...

...quand tout va bien!

Ma première grossesse était parfaite malgré quelques petits désagréments. Parce qu'on peut le dire et on ne va pas le cacher, tout n'est pas rose et magnifique.
Les multiples pipis, les crampes, les gencives ultra sensibles, la peau boutonneuse, les cheveux gras, les mycoses, la rétention d'eau, les sautes d'humeurs, le rhume qui n'en finit pas, les aigreurs d'estomac, les démangeaisons, et j'en passe...! Mais même avec tout ça, c'était une super grossesse!

Pour number two, je ne peux pas en dire autant.
Parce que c'est le deuxième.
Parce que je suis plus fatiguée.
Parce que j'ai envie de m'occuper aussi bien de mon petit lutin même avec mon gros bidou, pas encore si gros que ça pourtant...
Parce que ces douleurs au bas ventre depuis 3 semaines... c'est, comment dire, très pénible! Ça tire de partout! Rester debout ou marcher plus d'une demie-heure, c'est un vrai supplice. Ça m'épuise, m'énerve et me désespère...

Alors j'essaye de prendre du bonheur ailleurs, en imaginant la déco de sa chambre. 
En réfléchissant à son prénom.
En craquant sur des petits vêtements.
En imaginant son arrivée.
En profitant pleinement de ses coups de pieds.

Et j'essaye de me dire que quelques semaines ou mois de repos sur une vie, c'est rien, si c'est pour en "construire" une. 

Et voilà le résultat de mes petits craquages
photo 1 et 4 : Petit Bateau  -  photo 2 : HEMA  -  photo 3 : Kidslab

12.9.11

Ma petite gourmandise...



Je ne peux plus me passer de ce petit carré de chocolat.
Avec cette pointe de sel et ces amandes, c'est devenu une vraie addiction!
Ma seule envie depuis le début de cette grossesse.

Et vous, c'est quoi votre petite gourmandise?

5.9.11

Bientôt 4 ans...

J'avais 15 ans quand un mec a débarqué à l'école en plein milieu de l'année. Autant dire qu'il s'est bien fait remarquer. Il a continué sur sa lancée en sortant avec plusieurs filles en 2 mois. Pas très correct, il passait de l'une à l'autre. Avec mes copines, le verdict était tombé, c'était un gros con.

J'avais 16 ans, lors d'une soirée, je termine au coin de ma rue avec ce mec et un autre ami commun. On passe une bonne partie de la nuit à discuter. Mon jugement change... finalement, il est plutôt sympa.

Un petit groupe d'amis se forme. Il en fait partie. Il est en couple avec une de mes meilleures amies. Je suis en couple aussi. À l'époque, on est sans doute très loin de penser que 16 ans plus tard, on est toujours amis.

À 20 ans, je me sépare de mon copain... une énième pause... Lui se sépare, une énième pause.
Il vient me voir, il voudrait qu'on sorte ensemble, je refuse.

Les années passent. On vit notre vie, tout en continuant à se voir de temps en temps via notre groupe d'amis commun. 
Je fête mes 26 ans. Il est sous le charme d'une de mes amies, mais elle est accompagnée de son copain. Il déprime, je lui remonte le moral, on s'embrasse.
Un mois plus tard, il fête ses 27 ans.
On s'embrasse pour la 2e fois. Et on ne se quitte plus.


16 ans d'amitié... et bientôt 4 ans de mariage...

2.9.11

Weekend...


 

Grâce à elle, jolie découverte musicale... 
ça passe en boucle depuis quelques jours!
Bon weekend les filles!

1.9.11

Une rentrée sans larmes...

C'est ce que j'aurais pu écrire ce matin en revenant. Dès qu'on est arrivés à l'école, il est parti à la découverte de sa classe, de ses nouveaux jeux... On a attendu quelques minutes, parlé avec sa nouvelle institutrice. Très sympa, je me sens en confiance. Elle parle bien le français, il faut dire que sur 11 enfants, ils sont certainement 10 à être francophone. Je l'ai d'ailleurs entendue parler français avec des parents. (Je me demande comment ils ont fait pour inscrire leur enfant sans parler le néerlandais, mais je ne fais qu'une parenthèse, je m'égare du sujet...)

Les parents s'éclipsaient au fur et à mesure. On a suivi. Comme un grand, il nous a fait signe de loin. D'autres enfants pleuraient, certains s'accrochaient à leur maman ou leur papa. 

J'ai pensé à lui toutes les 3 minutes en moyenne... regardant ma montre toutes les 5 minutes.

Je suis allée le chercher après le repas de midi, je l'entendais pleurer à travers la porte. Et pleurer encore plus fort lorsqu'il m'a vue. Il s'est jeté dans mes bras et ne m'a plus lâchée jusqu'à la voiture. Épuisé, il ne disait pas grand chose durant le trajet. Il s'est écroulé dans son lit.

Je sais que les prochains jours risquent d'être plus difficiles. C'est l'histoire de deux semaines, après ça ira.
C'est dur de grandir.